Dimanche des Rameaux et de la Passion

Méditation sur la semaine sainte

« Dans la bourrasque »

 

 

Qui, aujourd’hui, sur la planète, ne fait pas l’expérience de la peur, de la souffrance, de la solitude, de ses limites, de la mort. ?

Qui aujourd’hui, sur la planète, n’est pas témoin des audaces et des initiatives les plus prometteuses : présence, courage, ingéniosité, générosité, compassion, solidarité, recherche pour la vie, risque, don de soi ?

 

En tout cela, le chrétien reconnaît ce que nous sommes invités à célébrer au cours de la semaine sainte.  Jésus, affronté au Mal, donne sa vie pour nous en libérer. Ce faisant, il découvre pour nous ce qu’est la vie de Dieu.  Bien plus, il nous donne d’y participer. 

 

Dimanche 5 avril :

Dimanche des Rameaux et de la Passion.

 

D’abord laissons-nous surprendre par la double appellation de ce dimanche !

Passion signifie souffrance : Nous entrons bien dans la semaine des derniers jours de Jésus. Jésus va vivre en sa chair non seulement le poids des souffrances physiques mais bien plus le poids des trahisons, des orgueils, des égoïsmes, des jalousies, des intrigues, des malversations, des hypocrisies. Comme un objet ou un animal, Jésus est acheté et vendu pour quelques monnaies.  Il entre donc dans ces derniers jours conscients que sa mort est déjà convenue. 

Mais le Mal et la Mort peuvent-ils être les héros du jour ? Jésus connaît nos doutes et notre risque de désespérance. Aussi, il accepte l’acclamation de la foule qui avec des rameaux d’olivier, lui font une haie d’honneur en criant : « Hosanna au fils de David ».

Lui ROI ! monté sur un âne, sans armure et sans couronne !!

« Oui, je suis Roi, dit Jésus à Pilate, mais mon Royaume n’est pas selon l’ordre de ce  monde».

Jésus, roi d’humilité, roi de la compassion, maître intérieur, espérance des petits et des pauvres.  

En acceptant de se laisser acclamer, Jésus offre à celui qui est sur son chemin, l’espérance d’un retournement d’une manière d’être et de vivre qui corresponde à l’amour de Dieu dans l’amour du frère. Il sait que l’Heure est venue de manifester au monde combien nous sommes aimés de Dieu.
L’Heure de Jésus. Même si Jésus est victime, il est le Maître des horloges. « Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père, sachant qu’il avait tout remis entre les mains du Père, Jésus prit résolument le chemin de Jérusalem ».

Voici une prière que nous adressons avec confiance à Dieu :

 

Seigneur Dieu, en tout danger tu es notre refuge

et c’est vers toi que, dans la détresse, nous nous tournons ; nous te prions avec foi :

regarde avec compassion ceux qui sont dans la peine,

accorde à ceux qui sont morts le repos éternel, le réconfort à ceux qui sont en deuil,

aux malades la guérison,

la paix aux mourants,

la force au personnel soignant,

la sagesse à ceux qui nous gouvernent

et, à tous, le courage de progresser dans l’amour ; ainsi, pourrons-nous ensemble

rendre gloire à ton saint Nom.

Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit,

Dieu, pour les siècles des siècles.